Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Aviseur

Pages: 1 ... 8 9 [10]
136
Général / Garantie et vice caché
« le: 09 novembre 2005, 23:49:25 pm »
La récente faillite de ROCO, l’existence dans les magasins de produits de cette marque de deux origines différentes, sinon trois si l’on considère la période transitoire, comme la discussion sur le forum dans le cadre de la rubrique « Modèles belges », au prétexte du modèle Märklin de la machine de type 201, à propos des produits LS ont permis de poser les questions morales et juridiques concernant les « garanties ».

La remarque d’un collaborateur de LS, je cite :
Citation :
Vous comprendrez que nous ne pouvons pas assurer la garantie des modèles vendus en "stoumeling" par notre ex-partenaire). Je vous propose donc de m'envoyer un e-mail pour me signaler le problème rencontré sur ces trois voitures et prendre un arrangement pour le remplacement ou la réparation.

Alain Jennes
LS Models



pose question.

Quels sont les obligations des acheteurs ?
Qu'en est-il de la garantie?
Quels sont les recours de l'acheteur ?

Je débute par les obligations de l’acheteur (en bourse, en magasin, en ligne, …)

Le code civil est à ce sujet lapidaire et sans équivoque :

  Art. 1650. La principale obligation de l'acheteur est de payer le prix au jour et au lieu réglés par la vente.

Quant aux obligations accessoires, …

Par contre, des articles précédents du code civil, on peut déduire que l’acheteur a une responsabilité : se rendre compte des vices apparents. C’est la raison pour laquelle j’ai précédemment insisté sur le contrôle visuel des engins dans le cadre d’Acheter en bourse. – Je pense aussi qu’il est de l’intérêt bien compris du vendeur et de l’acheteur de tester le matériel moteur roulant avant de payer l’achat.

Nous pouvons prendre un exemple dans le cadre de la discussion sur la qualité des voitures : un défaut dans l’aménagement intérieur n’est pas un vice apparent. Il n’est pas visible du premier coup d’œil au contraire, par exemple, de l’absence manifeste d’un tampon ou d’un pantographe. ( J'ai acheté un jour un BR 91 de a DB fabriquée chez Liluput dont la traverse avant est nue sur la gauche).

Imputer toute autre responsabilité à l’acheteur revient à le traiter, implicitement, de receleur, - ce qui est injurieux à tout le moins -, c’est à dire de quelqu’un qui acquiert un bien dont la valeur trop basse est anormale et dont il ne peut pas ne pas ignorer la provenance douteuse ("chose tombée d’un camion"…).

L’acheteur n’a pas connaissance de l’état du fabricant, du distributeur ou du vendeur. Il ne doit pas s’en informer. Comment le ferait-il d’ailleurs ? Comment aurait-il connaissance des litiges juridiques entre un fabricant et son sous-traitant ou son co-contractant ? Comment distinguerait-il une manœuvre de marketing d’une manœuvre frauduleuse ? Comment ferait-t-il la différence entre une remise, une ristourne ou un rabais C’est impossible.

Je commence par cette responsabilité parce que j’ai été surpris des craintes sinon de la culpabilisation de certains d’entre nous dans ces échanges de message. Chaque achat ou chaque cadeau participe de nos patrimoines mobiliers, culturels ou affectifs. IIls sont le fruit de notre travail ou de nos sacrifices. Ils sont respectables et nous avons le droit et le devoir d’en exiger le meilleur ou la chose promise. Sans peur et sans honte, quand bien même aurions-nous de la crainte, du respect ou de l’amitié envers un fabricant.

Dans la prochaine rubrique, je parlerai de la garantie.
Dans la dernière rubrique, je parlerai des recours.

Bien à vous,


137
Général / Acheter en bourse
« le: 03 août 2005, 15:35:34 pm »
Bonjour.

En cette période d'été, les brocantes sont une invitation à voyager en bonne compagnie. Parfois, elles sont aussi l'occasion de découvrir entre le vieux coussin, la lampe d'Aladin et quelques livres quelques objets ferroviaires dignes de convoitises ou d'un sourire (ainsi, j’ai trouvé à Tongres, il y a 10 ans, un vieux tiroir avec la collection complète Märklin Minex, deux transfos, des voies pour 5.000 anciens francs – je n’avais pas d’argent sur moi…, inutile de téléphoner).

C'est également l'occasion de se rôder à la pratique bien nécessaire des achats en bourse à chacun d'entre nous qui fréquentons ces nombreuses bourses de modélisme.

C'est pourquoi je propose d'envisager en deux étapes quelques règles de base concernant d'abord les achats et ensuite la vente dans les bourses.

Il s'agit bien sûr d'un texte martyr qui fait appel à l'expérience de chacun et qui devrait permettre et de préciser tant des usages que des pratiques.
Pour des raisons de longueur de message, j’en retiré la plupart des anecdotes.

Pour bien acheter en bourse.

Avant de définir « bien acheter », il nous faut envisager l'évolution des bourses.

 Si les bourses de modélisme restent un moyen ingénieux et convivial pour un club ou une association de récolter les fonds bien nécessaires au développement ou à la poursuite de ses activités, elles ont perdu un peu de leur caractère bon enfant, bon marché et fraternel lors de la première grande vague de spéculation enclenchée par le service marketing de la firme Märklin (avec comme point d’orgue la première boîte d’un train du Württemberg, époque 1)..


Les bourses proposent aujourd'hui quatre grandes catégories de vendeurs :

1.   Des professionnels du métier (artisans, fabricants, importateurs ou revendeurs)
2.   Des pseudo ou quasi professionnels de la revente (d'anciens spéculateurs également)
3.   Des collectionneurs avertis (membres de clubs, érudits ou passionnés)
4.   Vous et moi et quelques autres, gérant leurs stocks pour mieux transférer. Des successions encore.

Bien acheter est d'abord ne pas se tromper ni de cible ni de produits ni de prix. Votre passage en bourse sera d'autant plus profitable que vous connaîtrez vos catalogues, vos désirs ou besoins ainsi que vos moyens. Cela implique d'abord de savoir pourquoi on s’y rend.

A ce propos, il faut retenir que le vendeur n’est pas spécialement un connaisseur du train (cela peut être un fils, un ami, une épouse ou le tenancier du stand voisin…), ni un mordu de votre époque ou de votre compagnie. Vous connaissez très bien l’historique des P8, mais si vous lui demandez s’il a à vendre une P8 de la DB avec un tender prussien 2'2'T31,5, il risque de faire de gros yeux. Par contre, une locomotive Fleishmann 4165, cela lui dit quelque chose…

Que faut-il d’abord acheter ?

La faillite puis la cession de la firme ROCO est l’occasion de poser le problème de manière concrète.

Si vous êtes un passionné, laissez parler votre cœur. Si vous êtes un collectionneur, tenez-vous en à votre collection. Si vous voulez spéculer, choisissez ce qui est laid ou ne se vend pas (par exemple, une FERRARI brune, si, si, cela a exsité chez une firme italienne).

Ne vous laissez pas avoir par la première vague d’achat après une faillite ou une rumeur, sauf cas extrême. Les prix chutent dans les 9 mois. Par contre, soyez bien attentifs aux reprises de société. Ainsi, les dernières nouveautés ROCO auront de la valeur parce que les stocks restant devront être écoulés avec un autre emballage, le logo n’ayant pas été racheté…   Cela générera des pièces rares.

Une collection homogène et complète a plus de valeur que des pièces séparées. Les collections sont verticales : par marque  (exemple : GIL) ou transversale, par thème (exemple : les wagons de la brasserie Chimay).

Privilégiez les petits artisans ou les petits importateurs. Vous ne savez pas quand vous les reverrez. Les firmes comme SASCHEN MODELL (à la situation fort confuse) ou BRAWA (Héris encore) produisent en (fort) petites quantités.

Quelle bourse choisir ?

Plus une bourse est importante plus est grande l’occasion d’y trouver des revendeurs professionnels. Mais il n'y a pas de petites bourses. Les trésors sont souvent bien cachés ; ils surgissent par surprise.

Cependant, dans notre domaine de passion, il y a un déplacement de certains objets : les pièces rares sont de plus en plus souvent mises en vente aux enchères (attention aux commissions et frais en sus), d’autres revendeurs passent par Ebay, (faire gaffe aux frais de transport, entre autres), …

N’oublions pas non plus que le type de matériel (échelles, alimentation, marques, …) est aussi une question de pays. Parfois, cela vaut la peine de se rendre en Allemagne ou en Hollande.

Faut-il y aller accompagner ?

C'est une question de complicité. Vous acheterez mieux en bonne compagnie, mais moins bien en mauvaise compagnie (vive le stress et le petit cadeau pour s'excuser d'avoir fait des folies).

Quelques règles de base :
 
1.   Habillez-vous de manière décontractée
2.   Restez en toute circonstance souriant, poli et modeste. Laissez trainer vos oreilles. (Les vendeurs tuent le temps en bavardant : ils parlent souvent bien trop).
3.   Vous n'êtes pas là pour être l'ami du vendeur, ne lui demandez jamais pourquoi la pièce est à vendre. Mais interrogez-le sur ce que vous cherchez : il y a des caisses sous la table et dans la cave. Il a un ami qui…
4.   Présentez-vous de très bonne heure si vous cherchez une pièce rare.
5.   Présentez-vous en fin d'activité si vous cherchez un prix.
6.   Ayez avec vous de l'argent liquide en suffisance.
7.   Prenez avec vous à sac plastique de grandes surfaces. Faites de suite un premier achat - une bricole –, placez le dans votre sac de plastique et portez votre sac de manière décontractée afin que les vendeurs s'aperçoivent que vous êtes là pour réellement acheter.
8.   Visitez la bourse avec ordre et méthode. Prenez votre temps.
9.   Manipulez délicatement puis remettez les objets à leur place.
10.   Le cas échéant, prenez le risque de passer au-delà de l'objet qui a vos convoitises. Soignez votre expression non-verbale : pas de sourire de triomphe ni de précipitation. Dans le cas d’une pièce qui vous tient à cœur, regarder d’abord attentivement une autre, bon marché et demandez ce que vous désirez réellement par surplus.
11.   Discutez le prix quelques soit le vendeur. Argumentez sur l'état de la boîte ou du polistyrène, très sérieusement - on s'en fout, mais cela fait bon genre dans le milieu - Statistiquement, le vendeur s’attend à une offre de 90% du prix demandé. N’hésitez pas à casser les prix. Insistez en montant lentement, soyez indifférent aux remarques. Tout est à vendre…
12.   Avant de faire votre choix, vérifier deux fois plutôt qu'une qu'il agit bien de l'objet désiré : cohérence des immatriculations, cohérence des boîtes (impossible pour les BR 17 de chez ROCO, célèbre par l’erreur d’impression « DB » qu’aucune machine n’a connue), vérifiez toutes les faces de l'objet, éventuellement son roulement.
13.   Pour le matériel en zamac, vérifiez l'alignement ainsi que l’état intérieure de la carrosserie.
14.   Pour le matériel récent, vérifiez la présence des éléments rapportés ensachés ou non.
15.   Faites un dernier tour avant de quitter, pour ne rien regretter.
16.   Recommencez le mois suivant : c’est en forgeant que l’on devient forgeron, vous aurez plus de chance de trouver le coup de cœur et cela vous donnera un répertoire d’anecdotes savoureuses.

N.B. Certaines bourses proposent des bancs d’essais pour le matériel roulant. Autrement, une pile de 4,5 V peut rendre des services pour le matérielen 2 CC.


Manque de moyens ?

Si une pièce vous intéresse mais que vous n’avez plus assez d’argent sur vous, prenez un accord avec le vendeur. Attention, cela n’est pas toujours possible. Si vous vous sentez obligé de verser un acompte, demandez un reçu détaillé (avec nom et adresse, vérifiez sur place sur que le numéro de GSM du vendeur est bien le bon en l’appelant devant lui).

À ma connaissance, il y a peu d'arnaque dans les bourses Mais les prix ont tendance à augmenter, notamment pour le matériel pratiquement neuf.

Les amateurs de Märklin doivent être attentifs aux versions simplifiées successives du fabricant (Par exemple : DB BR 23 - absences des cercles rouges de la chaudière) et TEE NS CFF - absence des hublots dans la motrice -) ainsi qu'à certains NORTHLANDER  (http://uwacadweb.uwyo.edu/RGodby/trains/diesels/ONRNldrthum.jpg) qui sont des TEE NS CFF repeints.

Enfin, il me semble de bon ton de prendre un verre à la cafétéria avant de s'en aller. Nous sommes là aussi pour le bien du club et de ses membres, non ?

Conclusion.

Voilà quelques considérations trop longues et trop banales.
Toutes les réactions sont les bienvenues et les anecdotes de même.

138
Numéro actuel TMM / OLIE-F-ANT
« le: 20 juin 2005, 17:34:26 pm »
Bonjour,

Oserais-je écrire que j'ai beaucoup et apprécié l'article "Olie-f-ant ? Non seulement, il est très bien écrit tant dans sa structure que dans le choix des mots, mais encore il aborde, - sans avoir l'air d'y toucher - quelques aspects du modélistes ferroviaires qui, ou m'ont tracassé, ou me passionnent. En y réfléchissant, il y a peu de publications sur ces thèmes. je citerai plus particulièrement :

Technique et pratique de la recherche documentaire et archéologie ferroviaire (industrielle). - Cela m'a valu bien des (més)aventures...

Reproduction des circulations pour une époque donnée - Cela, entre autre, nous changerait des trains à la queue-leu-leu si une heure valait 6 minutes et qu'un horaire était disponible pour le visiteur.

Particularités des résaux industriels - Vive les résaux spaghettis (un peu pourris) réalistes.

Réalisme et symbolique - Non, toutes les locomotives n'étaient pas sales à l'époqie 3 ; non, les modifications de couleur ou de numération ne se font pas du jour au lendemain...

Un exemple pour conclure : les auteurs écrivent  "... où les wagons-citernes chargés sont remplacés par des vides" page 19 3ème colonne. Comment le spectateur le sait-il ? Les modalités de traction de la machine sont-elles les memes (vive le digital) ?

Le modélisme d'athmosphère a tenté d'aborder certains de ces thèmes mais me semble avoir viré vers une symboliques de la représentation mentale de quelques uns.

Merci pour votre indulgence.

Pages: 1 ... 8 9 [10]