Nouvelles:

TMM 243 TEST: Des voitures-lits T2S 'Nightjet' chez Fleischmann * Des voitures allemandes de l'IC 79 en Voie N chez Piko * Une Baureihe 38 DR chez Roco

Menu principal

Station de Hotton

Démarré par Tonga, 11 Octobre 2020, 16:06:43 PM

« précédent - suivant »

Tonga

A force de parler de Trappiste, on fabrique "le café du tram" ! Avant-dernière étape: les enseignes. Sur la première carte postale, il y a deux enseignes. L'une, côté Ourthe, revendique le titre vaguement officiel de "Station de Hotton". Etait-il accordé par la SNCV ? L'autre, côté rue, est la raison sociale de l'établissement. Difficile de dire sur une image en noir et blanc de quoi ces deux enseignes avaient l'air. Une chose est sûre : elles sont grandes et avec des caractères clairs sur fond très foncé (noir?).

Ceci évoque pour moi le type d'enseignes que réalisait mon arrière grand père (que je n'ai pas connu): un lettrage à la feuille d'or (ou d'argent), réalisé sur l'envers d'une vitre et recouvert ensuite de peinture noire (éventuellement rouge ou vert foncé). Ces enseignes ont connu leur heure de gloire, spécialement avant la généralisation de l'éclairage électrique : l'or utilisé captait le moindre reflet dispensé par le chiche éclairage au gaz de l'époque. Je vais donc les refaire à l'identique.

Première étape : imprimer le texte en blanc sur fond noir sur un film pour rétro projection. Comme pour les enseignes de mon arrière grand père, on imprime à l'envers = en mode miroir pour que l'encre noire soit du côté intérieur du film. Pour les utilisateurs des logiciels Adobe, ceci signifie imprimer en mode offset. Pour les amateurs, la police pour l'enseigne "station..." est Impact et celle de l'enseigne "Grégoire..". Arial Black, deux polices Microsoft (pour une fois !).



On enduit le verso du film avec de la mixtion, une colle spéciale pour la feuille d'or et après le temps de séchage prescrit, on applique le film encollé sur une feuille d'or pour encadreur. Vu comme ça le résultat n'est pas terrible. En utilisant la même technique que les doreurs, il faut polir la feuille d'or avec une pierre d'Agathe (merci à mon arrière grand père dont j'ai hérité les outils).



Reste à coller le tout sur un fond en bois, préalablement peint en rouge (technique millénaire pour mettre l'or en valeur).



Bon, ça fait franchement clinquant. Pas certain de les conserver. En modélisme, le brillant passe habituellement assez mal. Sinon, avant qu'on me crucifie pour utiliser des produits "de riches", je précise qu'on trouve aujourd'hui à un prix très raisonnable de l'or pour encadreur qui, en fait, n'est pas de l'or, mais se travaille de la même façon. Sans doute vieillit-il moins bien, mais je ne serai pas là pour le voir.

Reste à fignoler la toiture, spécialement les solins de la cheminée, poser le poteau d'arrêt SNCV classique et on pourra passer à la suite : le garage du quartier.
Claude
H0 continu, DCC Lenz
SNCB, Ep. III

zamateur

Pfou !
C'est beau.
Tu as fait les Beaux-Arts ?
Zébu ou Zamateur, c\'est au choix.

Amateur de Z avant tout et directeur technique des Saroulmapoul.
Fournisseur de couques et de flamiches

RD25

Pas mieux, c'est du grand art.

>hs

A l'école d'apprentissage pour devenir "peinturlureur" j'ai appris la dorure sur cadre, il fallait notamment passer le "spalter" dans les cheveux pour que l'électricité statique soulève la feuille dorée.

fin du hs.

L'effet "clinquant" pourrait être atténué avec un vernis satiné.

dgrr57


Tonga

Merci à tous pour vos encouragements.

@Zamateur: j'ai bien peur d'avoir une formation dans le domaine de la santé. Rien d'artistique. Mais on peut toujours s'améliorer et ma famille maternelle était peuplée de peintres lettreurs, c'est-à-dire spécialisés dans les enseignes, etc... Mon enfance a été bercée par le catalogue de mon arrière grand père: des plaques de verre de 20 cm x 10 cm représentant différents styles de la lettre "A". Pour moi qui apprenais à lire, c'était une merveille de voir tant de façons d'écrire une seule lettre, en style gothique, avec sérif, sans sérif ou en italique, etc... Il m'en est resté quelque chose... et quelques outils.

@RD25: je connais le truc de l'électricité statique, mais pour réussir il faut un pinceau spécial en poils de martre, que je n'ai pas. J'ai évité l'obstacle en collant l'enseigne sur la feuille d'or plutôt que le contraire. Pour le vernis satiné, c'est une bonne idée que je vais creuser.
Claude
H0 continu, DCC Lenz
SNCB, Ep. III

Domino

Merci Tonga pour cette nouvelle leçon de savoir-bien-faire, et félicitations pour le choix des modèles, du vrai modélisme d'atmosphère ! Et la façon de faire renaître le souvenir de son grand-père est vraiment touchant.

Merci aussi pour cet encouragement à réaliser nos propres modèles, plutôt que de se limiter à ceux du commerce. A ce propos, je voudrais apporter une solution à un problème de base, à savoir la disposition des bâtiments sur le terrain et leurs dimensions. Il existe un outil récent qui peut apporter des indications précieuses : le Geoportal de la Wallonie : http://geoportail.wallonie.be/walonmap : on zoome jusqu'à l'endroit désiré, par défaut on a une vue aérienne style Google-Earth, avec les Nos des maisons. On choisit l'option "Mesurer" on obtient une bonne idée des dimensions de l'objet :



L'application vaut la peine d'être investiguée plus à fond : il y a de multiples options, p.ex. relatives au parcelles cadastrales, qui permettent d'éclaircir des situations compliquées (qui est propriétaire de telle ou telle partie de bâtiment) :






Un outil bien de chez nous, pas encore assez connu...

Laufbe

Et on peut de plus mettre différents fonds de plans ou photos aériennes, dont des plus anciens.Cela peut aider pour des bâtiments disparus ou profondément modifiés.

Tonga

Merci à Domino pour m'avoir indiqué cet excellent outil, qui s'avère malheureusement inutile pour le projet en cours, étant donné que le bâtiment original a disparu depuis longtemps. Et de toutes façons, comme indiqué en début de ce fil, il s'agissait de remplacer une maquette existante, ce qui imposait les dimensions. Mais mon prochain projet est le garage du quartier qui, lui, existe encore. Si intérêt, j'inclurai la partie "mesurage sur logiciel" dans ma prochaine contribution. J'ai utilisé cette approche pour la gare SNCV d'Ohey, en utilisant Google Earth. Depuis lors, j'ai reçu les plans d'origine (numérisés par les bons soins des ateliers TEC d'Andenne, dépositaires des archives). A quelques détails près, les dimensions déterminées sur Google se sont révélées correctes... et les légères erreurs sont divisées par 87 !

En attendant, voici le Café du Tram pratiquement terminé. Il ne changera plus avant de rejoindre mon réseau. Je dois seulement ajouter une lucarne sur un pan du toit et les descentes de gouttières, un banc sur la façade avant et une (petite) terrasse et des consommateurs sur la façade de droite.



Claude
H0 continu, DCC Lenz
SNCB, Ep. III

RD25

FICHTRE, c'est du beau boulot. FÉLICITATIONS

dgrr57


acfi

Bien que la dernière photo est un peu skief... félicitations pour faire vivre un petit coin plein d'histoire.


ACFI

doomslu

Luc

RD25

Pour faire plaisir à Steven alias acfi, et tellement que c'est bô




acfi


pélican

Superbe  ;)

Il n'y avait pas de "réclame" sur les façades ???
Pélican, Chairman off the PRR