Auteur Sujet: Aiguillage triple  (Lu 45731 fois)

phil

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.934
    • Voir le profil
    • http://museedurail.canalblog.com/
  • Prénom: philippe
Aiguillage triple
« Réponse #45 le: 13 janvier 2011, 23:04:57 pm »
Bonjour,

Dominique je suis le cul par terre. Comment peut-on écrire de telles conneries et là ce n'est pas une question de vocabulaire mais de technique. Un coeur à pointe mobile pour des vitesses en voie déviée supérieure à 120 Km/h.
Il faut un coeur à pointe mobile pour des vitesses supérieures à 220 Km/h en voie directe. La vitesse en voie déviée est déterminée par le type d'aiguillage qui compose l'appareil de voie ( son rayon, ex F4 = 215 m = 40 Km/h en déviée) Pffff. Si même dans la maison on commence ainsi, on n'est pas sorti de l'auberge.
Pour André, bien sûr que cela m'intéresse aussi !![:p]
Phil.[;)]


Qui aime bien charrie bien.
Coluche

http://museedurail.canalblog.com/

André S

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.469
  • L'ambition est le moteur de la réussite.
    • Voir le profil
    • Mon petit monde miniature
  • Prénom: Andr
Aiguillage triple
« Réponse #46 le: 14 janvier 2011, 02:20:37 am »
Si vous êtes prêts, allons-y pour la première leçon.
Vouloir fabriquer un aiguillage, pardon, un branchement, c'est bien beau mais pas avec les mains vides !

Alors, qu'est-ce qu'il faut comme matos ?
Eh bien, d'abord des rails.


Voici des profilés que j'utilise, il s'agit de rails au code 83 (haut. du rail 2,1 mm). La botte du dessus (rails brunis) provient de Tillig et l'emballage plastique du bas contient des rails vendus en demi-longueur (1/2 yard) par Fast Tracks au Canada.
On peut bien sûr se procurer des rails chez d'autres fournisseurs, comme Hobby-Ecke ou Peco ou encore  aux Etats-Unis, notamment dans le catalogue Walthers. Ces deux derniers fournisseurs proposent plusieurs codes allant du code 40 (haut. 1 mm) au code 83 (2,1 mm) en passant par le code 55 (1,4 mm), le code 70 (1,8 mm) et le code 75 (1,9 mm, propre à Peco).
Un autre moyen consiste à "dépiauter" une voie courbable pour n'en garder que les rails. C'est intéressant si l'on dispose de chutes de voie usagée esquintée.

Ensuite, que faut-il encore ? Des traverses évidemment. Là, on a le choix entre des traverses en bois avec fixation des rails par crampons (spikes en américain), une méthode chère aux modélistes américains et des traverses en époxy cuivré (copperclad sleepers en anglais) avec soudure des rails, une méthode que les modélistes anglais affectionnent.
Mais on peut aussi utiliser des méthodes alternatives comme par exemple traverses en bois, avec crampons de fixation des rails toutes les 5 ou 6 traverses, ou soudure des rails sur quelques traverses en époxy et les autres traverses en bois simplement glissées sous les rails sans aucune fixation. C'est selon les goûts. Certains regretteront peut-être l'absence de tirefonds mais elle n'est en général pas perçue par le spectateur. Si besoin est, on peut ajouter des tirefonds pour une meilleure apparence et je montrerai comment.
Quant à moi, j'utilise à la fois des traverses en époxy cuivré et des traverses en bois comme vous le verrez.


Assortiment de traverses en époxy cuivré et en bois, et aussi en plastique de récupération car elles peuvent servir.
Les dimensions idéales des traverses sont : largeur 3 mm et épaisseur 2 mm. Ces dimensions varient cependant un peu en fonction de la provenance : largeur de 3 à 3, 3 mm et épaisseur de 1,8  à 2,1 mm selon qu'il s'agit de voie Peco, Roco ou Tillig.
L'épaisseur des plaques en époxy proposées par le commerce est souvent 1,6 mm mais cela existe aussi en 2 mm. Avec des plaques de 1,6 mm d'épaisseur, on ajoute une petite épaisseur en carton lors de la pose sur le réseau pour adapter l'aiguillage à la voie toute faite à traverses en plastique.
Pour les traverses en bois, allez farfouiller dans les magasins d'arts graphiques ou de modélisme naval ou aéronautique. Sur la photo, on voit une plaque de bois rainurée qui convient relativement bien. C'est un article utilisé en aéromodélisme.
On peut se procurer des traverses époxy découpées notamment dans les magasins de modélisme en Angleterre. Personnellement, pour abaisser le coût, je me les découpe dans des chutes de plaques en époxy cuivré pour circuit imprimé. Une petite scie vient bien à point, à défaut une petite tronçonneuse avec un bon disque fera l'affaire. Attention à la poussière dégagée !  Je cale l'embout d'un aspirateur en fonctionnement près de la scie lorsque je fais ce boulot.


Cette scie Proxxon munie d'un disque diamanté rend de bons services.


Bon, encore quoi ?
Un patron d'aiguillage bien sûr, car sans lui, pas moyen de faire du bon boulot.


Tillig propose un ensemble de patrons que l'on peut photocopier à souhait. Hobby-Ecke fait de même. A défaut, vous prenez un aiguillage et le posez à l'envers sur la glace d'une photocopieuse et vous obtenez un patron à bon compte comme ceux montrés sur la photo à gauche. De cette façon, vous pouvez choisir l'angle de déviation souhaité. En effet, il faut  choisir une géométrie déterminée notamment pour se marier harmonieusement avec les appareils de voie du commerce.

Je vais vous parler de mon réseau afin de vous montrer comment je procède pour créer mes grils d'aiguillages sur mon réseau. Bien évidemment, je dispose depuis longtemps d'un plan précis que j'ai dessiné à l'échelle. J'ai créé mes châssis selon ce plan et maintenant l'heure est venue de poser la voie.


Le plan du gril d'aiguillages que j'ai dessiné (extrait du plan général). Concernant les aiguillages, je sais par expérience que la disposition des aiguillages a beaucoup de chances d'être modifiée lors de la création "in situ".


Ayant donc présenté une série de patrons en me basant sur le plan  dessiné, je suis arrivé à ceci dans un premier temps.
La longueur totale du gril est d'environ 1,95 m et c'est un peu moins que ce que j'avais prévu. Donc, tant mieux pour la longueur des voies qui est allongée d'autant.


Ici, j'ai remplacé deux aiguillages par une TJD et ça me fait encore gagner de la longueur qui se ramène à 1,80 m.

Je pourrais encore choisir une autre option notamment en utilisant un aiguillage à 3 voies. Mais, bon, pour l'heure, je m'en tiens là. En tout cas, je n'y coupe pas pour un croisement (une traversée en bon langage ferroviaire) de 18° environ, qui est impossible à trouver dans le commerce. Quant aux aiguillages simples, je peux utiliser les excellents appareils de voie Tillig à monter puisque j'ai prévu un angle de déviation de 9° à la pointe de coeur pour tous les appareils de voie excepté la bretelle d'entrée dont l'angle est de 7°. Pour celle-ci et la ou les 2 TJD, j'utiliserai les kits Hobby-Ecke.


Voilà, Pour les besoins de la démonstration, j'ai choisi un patron d'aiguillage dont l'angle de déviation me convient : 8,6 ° avec un rayon de 1200 mm. Je l'ai fixé provisoirement sur un bout de planche en bois bien plane. Tout est prêt pour commencer la fabrication de l'appareil de voie.


J'allais oublier de vous parler de l'outillage mais, bien sûr, vous vous en doutez, il faut quelques outils adéquats comme tout bon modéliste se doit de posséder :
fer à souder + soudure fine,
latte métallique,
un jeu de limes de Genève,
une lime à grain moyen,
petit étau,
idéalement une petite meule lapidaire (pas obligatoire cependant),
pinces diverses,
petite foreuse miniature avec quelques disques à tronçonner.


Vous pouvez donc commencer par rassembler le matériel nécessaire pour votre prochain aiguillage.

La prochaine fois, on passe à la pratique.

André
H0, H0m/e, 2R, DB + B, Ep. III - DCC Lenz LZV100 3.6, LH100/90, Mobil Control ESU, iPod avec TouchCab et WiThrottle, détection Lenz LB101/LR101 & LTD RS-8, com bidir RailCom, décodeurs locos Lenz & ESU, décodeurs acces. Lenz LS150 & ESU SwitchPilot Servo - RRTC GOLD 8 A3, PC sous WIN 8
https://monpetitmondeminiature.wordpress.com/

zamateur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3.979
    • Voir le profil
    • Mes trains.
  • Prénom: Connu par les admins
Aiguillage triple
« Réponse #47 le: 14 janvier 2011, 09:03:51 am »
Bon, il suffit que je divise pour faire le même en Z.
Donc, je suis la leçon, Ô maître vénéré !
[:)]

Mais pas si tôt le matin !
Vous ne dormez donc jamais ?
Zébu ou Zamateur, c\'est au choix.

Amateur de Z avant tout et directeur technique des Saroulmapoul.
Fournisseur de couques et de flamiches

lma

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.117
    • Voir le profil
  • Prénom: Laurent
Aiguillage triple
« Réponse #48 le: 14 janvier 2011, 09:23:44 am »
Je suis de la partie aussi ![:p][:p]
Laurent dit LMA
HO + HOm continu
Ferro-Liège

FREMO e.V. - afd België

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.538
    • Voir le profil
  • Prénom: Herman
Aiguillage triple
« Réponse #49 le: 14 janvier 2011, 16:25:55 pm »
Citation :
Initialment entrer par crugidim

Citation :
Initialment entrer par André S
Y aurait-il des amateurs intéressés [?]



Ce genre de question ne devrait même pas se poser [;)]
Surtout qu'on est au moins trois sur le forum à avoir touché à la construction d'aiguillage [8D]



Moi y compris? [:I]
Car oui, j'ai construit des aiguillages et autre engin de la voie en
"H0" et en "O" !

Bien à vous,
Herman
Pour toute " INFORMATION " sur tous les Vapeurs encore en service dans le monde .
                      Membre Actif  "TSP/PFT"

André S

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.469
  • L'ambition est le moteur de la réussite.
    • Voir le profil
    • Mon petit monde miniature
  • Prénom: Andr
Aiguillage triple
« Réponse #50 le: 14 janvier 2011, 23:09:29 pm »
Avis à Dimitri et le p'tit crollé.

Il y a eu un fil traitant des dimensions d'un moteur électrique d'aiguillage SNCB. J'ai paumé les dimensions et je crois que le second nommé les avait transmises au premier.

Ca me ferait plaisir qu'on me communique ces dimensions (c'est pour la bonne cause [:)]).
Merci d'avance.
André
H0, H0m/e, 2R, DB + B, Ep. III - DCC Lenz LZV100 3.6, LH100/90, Mobil Control ESU, iPod avec TouchCab et WiThrottle, détection Lenz LB101/LR101 & LTD RS-8, com bidir RailCom, décodeurs locos Lenz & ESU, décodeurs acces. Lenz LS150 & ESU SwitchPilot Servo - RRTC GOLD 8 A3, PC sous WIN 8
https://monpetitmondeminiature.wordpress.com/

crugidim

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2.415
  • Mille questions...?
    • Voir le profil
    • CFC
  • Prénom: Dimitri
Aiguillage triple
« Réponse #51 le: 14 janvier 2011, 23:37:56 pm »
Bonsoir,

Désolé, mais pas moyen de remettre la main dessus... [xx(]

Faudra voir avec Etienne
Dimitri - SNCB Epoque 3 et 4
Mille questions... Avez-vous les réponses?

jossebe2000

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5.184
    • Voir le profil
  • Prénom: etienne
Aiguillage triple
« Réponse #52 le: 15 janvier 2011, 07:10:15 am »
ou j'ai mis cela?
A+
Li p'tit crollé

eclisse

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 750
    • Voir le profil
  • Prénom: philippe
Aiguillage triple
« Réponse #53 le: 15 janvier 2011, 08:09:48 am »
Citation :
Initialment entrer par André S

Avis à Dimitri et le p'tit crollé.

Il y a eu un fil traitant des dimensions d'un moteur électrique d'aiguillage SNCB. J'ai paumé les dimensions et je crois que le second nommé les avait transmises au premier.

Ca me ferait plaisir qu'on me communique ces dimensions (c'est pour la bonne cause [:)]).
Merci d'avance.


`
Bonjour, Un petit coup d'oeil sur ce topicapporterait quelques enseignements.

Cordialement.

Sgnss.
 

jossebe2000

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5.184
    • Voir le profil
  • Prénom: etienne
Aiguillage triple
« Réponse #54 le: 15 janvier 2011, 09:02:45 am »
Bonjour
je tacherais de re-récupérer, lundi, les documents en question. cela ira plus vite que de chercher [:D]
A+
Li p'tit crollé

André S

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.469
  • L'ambition est le moteur de la réussite.
    • Voir le profil
    • Mon petit monde miniature
  • Prénom: Andr
Aiguillage triple
« Réponse #55 le: 17 janvier 2011, 15:55:42 pm »
J'ai trouvé un peu de temps pour la fabrication de l'aiguillage. Allons-y !



Première opération : poser quelques traverses en époxy cuivré aux endroits adéquats. Par la suite, s'il en manque l'une ou l'autre, on pourra toujours la ou les ajouter.

Comme je l'ai déjà dit, toutes les traverses peuvent être en époxy cuivré à la mode anglaise. Je le fais parfois, mais ici, j'utiliserai une composition mixte traverses en époxy et traverses en bois, celles-ci n'étant insérées sous l'aiguillage qu'au moment de la pose de celui-ci sur le réseau.
Un petit mot sur l'utilisation de traverses en époxy cuivré. Par rapport aux traverses en bois dans lesquelles on enfonce des crampons pour maintenir le rail en place (méthode américaine), les traverses en époxy cuivré ont le grand avantage de permettre un ajustement très précis du rail à presque tous les stades de la fabrication.

Seconde opération : préparer les deux coupons de rails extérieurs.

Précision : l'aiguillage que je fabrique s'inspire des aiguillages SNCB avec moteur électrique. Il comporte donc 2 traverses longues encadrant une traverse courte. Ces traverses nous permettront d'installer plus tard une petite reproduction d'un moteur électrique.



Photo prise par un membre (leclisse, je crois) et montrée sur un fil traitant des moteurs électriques.


Dans le cas où on voudrait reproduire une commande d'aiguillage manuelle avec levier à contrepoids, on a le choix entre deux traverses longues ou une seule, c'est selon le cas.



Sur les deux coupons, il faut limer les patins intérieurs sur une distance qui correspond à  la longueur du contact entre rail extérieur et lame d'aiguillage avec un léger surplus. En effet, les patins empêcheraient un ajustement correct des deux lames.
Le coupon de rail du dessus est précintré selon le patron d'aiguillage.



Sur le rail extérieur courbe, je crée personnellement une très légère cassure à l'endroit marqué d'un trait là où débute la courbure. Comme sur certains aiguillages du commerce, on peut aussi créer une légère entaille dans le champignon du rail pour que la lame d'aiguillage s'y encastre.



Ici commence le travail de soudure des rails sur le cuivre des traverses. Le premier rail doit être le rail droit extérieur. Il faut impérativement se servir d'une latte métallique pour aligner le rail sur le dessin car c'est de ce premier ajustement que dépendra la précision dont il faudra faire preuve dans la suite des opérations.

Je donne déjà un bon conseil. Utilisez une panne de fer à souder ni trop grosse, ni trop fine et évitez de faire des grosses "maclottes" de soudure. Ca ne sert à rien et les gros paquets de soudure sont disgracieux. Mon truc : j'enduis la traverse de graisse à souder avant l'opération de soudure de façon à ce que la soudure proprement dite s'étale bien.



On passe maintenant à la pose du rail extérieur courbe. Une fois le rail mis au bon écartement à l'aide d'un calibre (calibre cylindrique à gauche), on soude de loin en loin le rail sur quelques traverses en suivant le tracé du patron. Attention, ne pas souder sur toutes les traverses car ce rail est susceptible d'être réajusté par la suite !



Il s'agit maintenant de préparer le coupon de rail intérieur droit. Il comprend en fait la lame d'aiguillage et son prolongement jusqu'à la pointe de cœur. Elle doit être biseautée à l'intérieur sur une longueur suffisante correspondant au patin raboté du rail extérieur. Pour réaliser de travail, je me sers personnellement d'une meule lapidaire dans un premier temps, puis d'une petite disqueuse avec un bon disque abrasif et enfin d'une lime à grain fin agrémentée d'un peu d'huile de coude. Rien de tel qu'une finition manuelle.


Un petit mot sur les articulations. Du côté du cœur de croisement, je créais auparavant une charnière comme c'est le cas sur la plupart des aiguillages du commerce. L'expérience m'a appris que les charnières pouvaient à la longue perdre le contact électrique de sorte que la lame n'était plus conductrice de courant. Un petit brin de fil de 3/10e mm  pontant la charnière solutionnait le problème en général. Depuis longtemps, j'ai décidé de supprimer les articulations, sauf sur TJD et TJS, et de créer des lames élastiques comme on les trouve sur les aiguillages Tillig. Il faut bien sûr utiliser un moteur électrique suffisamment puissant. Donc, ici, vous avez le choix entre lames à pivot et lames élastiques.  

Maintenant, voyons du côté de la barrette de commande. Il existe plusieurs façons de fixer l'extrémité des lames mobiles sur celle-ci, soit par soudure, soit au moyen d'un pivot. La soudure sur la barrette crée une contrainte car on a affaire à un parallélogramme non déformable dans le cas de lames élastiques. Mais ça fonctionne plus ou moins bien avec des lames sur pivot du côté du cœur de croisement si les pivots ont un peu de jeu. Bref, ici aussi, chacun fait comme il veut.

L'aiguillage que je fabrique ici est équipé de 2 lames élastiques munies de pivots venant s'accrocher à la barrette de commande.



La lame élastique étant coupée à bonne longueur, on la soude sur quelques traverses et, une fois de plus, une règle métallique permet d'obtenir un alignement parfait. Il faut bien sûr éviter de se rapprocher trop de l'extrémité amincie afin de créer l'élasticité souhaitée. Je laisse donc la partie comprise entre les points A et B complètement libre, ce qui représente à peu près une dizaine de cm.



Voilà le résultat. Pour maintenir la lame en bonne place, je l'ai soudée temporairement sur une barrette en époxy cuivré (de plus faible épaisseur; d'où le carton).



Passons maintenant à la patte de lièvre. Pour créer aisément le pli, j'entaille un peu au préalable le patin du rail. L'extrémité droite de la patte de lièvre est biseautée (on peut aussi la plier comme sur les anciens aiguillages réels). Deux points de soudure suffisent pour l'instant à mettre en place cet élément. on y reviendra.



Au tour maintenant de la pointe de cœur. Il faut non seulement tailler en biseau une extrémité de chaque rail mais aussi éliminer le patin intérieur sur une petite longueur. Idéalement, il faudrait créer un petit gabarit donnant l'angle de déviation. Mais, "à l'œil", ça va aussi pourvu qu'on procède par petites étapes successives et en se basant sur le patron d'aiguillage et, ma foi, si on rate, on recommence avec un autre bout de rail.

Si cela intéresse certains, je peux donner quelques explications complémentaires sur la façon de calculer et créer un angle de déviation sur base de la tangente d'angle.



Personnellement, je préfère cette méthode pour créer une pointe de cœur.



On peut aussi procéder selon cette autre méthode. Vous faites comme vous voulez !



On procède maintenant à la pose d'un des rails de la pointe de cœur. Pour cela, je me sers d'un calibre amputé de l'une des ses 4 lèvres. La lèvre sunsistante d'une épaisseur de 1,2 mm (normes NEM) viendra se loger dans l'ornière de façon à la mettre à bonne largeur. On peut aussi utiliser une cale d'épaisseur.


A cet effet, j'ouvre une parenthèse concernant les calibres.


La colonne du centre montre des calibres non modifiés. Le cylindrique provient de chez Hobby-Ecke et les 2 du dessus sont proposées par Walthers. Celui du dessous est fait maison sur une fraiseuse professionnelle.
Pour ceux qui n'ont pas de calibre à leur disposition, je conseille d'en fabriquer un ou même plusieurs comme celui de droite à l'aide d'un bout de tôle laiton : facile à faire et peu coûteux.
La colonne de gauche montre des calibres amputés d'une ou même de deux lèvres. Ils sont surtout utiles lors de la création des cœurs de croisement.
Ceci dit, à défaut de calibres, on peut quand même se débrouiller au moyen d'un pied à coulisse et de bouts de plasticarte d'épaisseur 1,1 et 1,2 mm pour calibrer les ornières selon les normes NEM.



Les deux calibres et la latte permettent d'aligner "au poil" le premier rail formant la pointe de cœur. En même temps, en réchauffant la soudure, on peut rectifier la position de la patte de lièvre en calant celle-ci contre la lèvre du calibre et aussi celle du rail extérieur.

Vous aurez remarqué l'isolation électrique de la pointe de cœur là où j'ai positionné deux traverses côte à côte.



Au tour maintenant du second rail de la pointe de cœur. Si on regarde bien on voit un tout petit décalage dans l'alignement au niveau de la patte de lièvre. Ce n'est pas grave mais je vais quand même y remédier en modifiant légèrement le pli.
A ce stade, les diverses parties formant la branche rectiligne de l'aiguillage sont en place. Il reste maintenant à terminer la partie courbe.


Bon, la suite peut-être ce soir.
André
H0, H0m/e, 2R, DB + B, Ep. III - DCC Lenz LZV100 3.6, LH100/90, Mobil Control ESU, iPod avec TouchCab et WiThrottle, détection Lenz LB101/LR101 & LTD RS-8, com bidir RailCom, décodeurs locos Lenz & ESU, décodeurs acces. Lenz LS150 & ESU SwitchPilot Servo - RRTC GOLD 8 A3, PC sous WIN 8
https://monpetitmondeminiature.wordpress.com/

lma

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.117
    • Voir le profil
  • Prénom: Laurent
Aiguillage triple
« Réponse #56 le: 17 janvier 2011, 18:15:38 pm »
Citation :
Initialment entrer par André S

J'ai trouvé un peu de temps pour la fabrication de l'aiguillage. Allons-y ! Merci André pour ces explications !  


L'expérience m'a appris que les charnières pouvaient à la longue perdre le contact électrique de sorte que la lame n'était plus conductrice de courant. Un petit brin de fil de 3/10e mm  pontant la charnière solutionnait le problème en général. Ca aussi c'est intéressant ! Aurais-tu encore quelques photos explicatives ?


Si cela intéresse certains, je peux donner quelques explications complémentaires sur la façon de calculer et créer un angle de déviation sur base de la tangente d'angle.  Si çe n'est pas abuser de ton temps et de tes connaissances, oui je veux bien !


Bon, la suite peut-être ce soir.  J'attends avec impatience...



Encore merci !

Amicalement
Laurent dit LMA
HO + HOm continu
Ferro-Liège

zamateur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3.979
    • Voir le profil
    • Mes trains.
  • Prénom: Connu par les admins
Aiguillage triple
« Réponse #57 le: 17 janvier 2011, 18:43:46 pm »
Hum !
En Z, ça va être coton !
Surtout avec mes papattes !
Zébu ou Zamateur, c\'est au choix.

Amateur de Z avant tout et directeur technique des Saroulmapoul.
Fournisseur de couques et de flamiches

André S

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.469
  • L'ambition est le moteur de la réussite.
    • Voir le profil
    • Mon petit monde miniature
  • Prénom: Andr
Aiguillage triple
« Réponse #58 le: 18 janvier 2011, 23:29:45 pm »
Citation :
Initialment entrer par zamateur

Hum !
En Z, ça va être coton !
Surtout avec mes papattes !


Moi aussi, j'ai des grosses papattes ! Et pourtant, j'arrive à faire beaucoup de choses, non sans moults jurons. En Z, ça ne devrait pas être trop difficile.
A propos, quel code de rail comptes-tu utiliser pour créer ton aiguillage ?

André
H0, H0m/e, 2R, DB + B, Ep. III - DCC Lenz LZV100 3.6, LH100/90, Mobil Control ESU, iPod avec TouchCab et WiThrottle, détection Lenz LB101/LR101 & LTD RS-8, com bidir RailCom, décodeurs locos Lenz & ESU, décodeurs acces. Lenz LS150 & ESU SwitchPilot Servo - RRTC GOLD 8 A3, PC sous WIN 8
https://monpetitmondeminiature.wordpress.com/

André S

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1.469
  • L'ambition est le moteur de la réussite.
    • Voir le profil
    • Mon petit monde miniature
  • Prénom: Andr
Aiguillage triple
« Réponse #59 le: 19 janvier 2011, 00:03:10 am »
Citation :
Initialment entrer par lma.
Si cela intéresse certains, je peux donner quelques explications complémentaires sur la façon de calculer et créer un angle de déviation sur base de la tangente d'angle.  Si çe n'est pas abuser de ton temps et de tes connaissances, oui je veux bien !


Je réponds à ton souhait.
C'est une question de trigonométrie pas bien compliquée.



Si on désire construire un aiguillage ayant un angle de déviation donné, par exemple celui des aiguillages Peco qui est de 10°, on trace un triangle rectangle comme celui dessiné à l'intérieur de l'aiguillage. Attention, le catalogue mentionne 12°, mais il s'agit de l'angle à la sortie de l'aiguillage. En réalité, l'angle au cœur de croisement est de 10°. En effet, les rails de la branche déviée continuent leur courbe de sorte qu'on obtient un angle de déviation de 12° à la sortie. Sur l'aiguillage que je montre en exemple, les rails sont rectilignes après le cœur de croisement.  

Rappel, tout le monde a appris à l'école que dans un triangle rectangle, la tangente d'un angle aigu est égale au rapport entre le côté opposé et le côté adjacent. Sur la figure, on a donc tg alpha = a/b. Il faut donc connaître a et b pour en déduire l'angle.
En faisant l'inverse, c'est-à-dire en partant de l'angle, on peut connaître les deux côtés en question, ce qui permet de construire le triangle et donc de dessiner l'aiguillage. On calcule donc l'arc tan de l'angle et on convertit le résultat obtenu, soit un nombre décimal, en fraction dont le numérateur est 1. Avec une calculatrice scientifique, c'est facile.  

Pour éviter de rééditer le calcul à chaque fois, j'ai dressé un tableau qui donne directement la correspondance entre l'angle de déviation au cœur de croisement et le rapport 1/x, car seules ces valeurs nous intéressent. Toutes ces valeurs correspondent à des aiguillages du commerce.
En reprenant l'exemple Peco, selon le tableau, l'angle de 10° correspond à un triangle dont les deux côtés de l'angle droit mesurent 1 et 5,65 cm ou un multiple bien sûr, par exemple 4 et 22,6 cm pour plus de précision. Après avoir tracé l'axe de la voie non déviée, tu reportes dessus une longueur b de 22,6 cm et puis verticalement à angle droit une longueur a de 4 cm. L'hypoténuse te donne l'axe de la voie déviée avec un angle de 10°.

Ce n'est pas tout, comme on le voit sur le dessin, il faut raccorder les deux droites par un arc de cercle dont le rayon peut être choisi à volonté. Plus il est grand, plus l'aiguillage sera long, et vice versa. Sur l'exemple, le rayon de courbure est 120 cm, ce qui donne une longueur d'aiguillage de 29 cm sur le plan. En fait, les branches sont assez allongées des deux côtés de l'aiguillage et on peut diminuer cette longueur. Pour un aiguillage "grand rayon" genre RocoLine ou Peco, soit 10° d'angle, un rayon de 100 cm convient bien.
Quant au traçage du rayon de 120 cm, il est malaisé à partir du centre du cercle et la formule est compliquée. Je crois qu'il vaut mieux tracer l'arc de cercle à l'œil de façon empirique à l'aide d'une latte cintrée et de 2 petits clous plantés aux extrémités. Ici, l'œil sera un bon juge. Il faut essayer d'allonger l'arc de cercle au maximum en fonction de la longueur d'aiguillage souhaitée.

Finalement, c'est simple, non ?
A noter qu'en réalité, on parle couramment de tg d'angle pour caractériser les branchements. Les modélistes américains font de même en donnant le rapport 1/x. Normal, ils fabriquent souvent leurs aiguillages et ont donc intérêt à connaître ce rapport pour le traçage.

André
H0, H0m/e, 2R, DB + B, Ep. III - DCC Lenz LZV100 3.6, LH100/90, Mobil Control ESU, iPod avec TouchCab et WiThrottle, détection Lenz LB101/LR101 & LTD RS-8, com bidir RailCom, décodeurs locos Lenz & ESU, décodeurs acces. Lenz LS150 & ESU SwitchPilot Servo - RRTC GOLD 8 A3, PC sous WIN 8
https://monpetitmondeminiature.wordpress.com/