Train miniature > Patine, salissure ou vieillissement, ...

Petit concours - pour le plaisir - de matériel roulant patiné

(1/14) > >>

André S:
Je ne sais pas si la mayonnaise va prendre, mais j'espère que oui.

Pour qui aime le modélisme d'atmosphère, la patine s’impose qu'il s'agisse de bâtiments, d'ouvrages d'art, de la voie ou du matériel roulant.
Or, j'ai remarqué dans cette rubrique "Patine, salissure ou vieillissement, ..." quelques belles photos de matériel roulant patiné par des membres de ce forum.
Il existe donc des amateurs qui aiment vieillir leur matériel roulant. On en connaît quelques-uns qui ont montré leur talent mais je suis persuadé qu'il y en a bien d'autres qui n'ont rien montré sur ce forum. Nous allons bien voir s'ils oseront se manifester.

Le but de ce petit concours est bien sûr de voir une variété aussi grande que possible de matériel roulant patiné, mais aussi de comparer et critiquer de façon constructive car tout est perfectible. Les explications sur la façon de procéder sont évidemment plus que souhaitables.
Bref, le forum sert à ça notamment, faire évoluer le modélisme dans le bon sens. Stimulons-nous réciproquement.

Conditions de participation :
- Montrer autant que possible une photo avant patine et après patine afin de bien apprécier ce qu'une patine apporte comme changements.
- Afficher une légende succincte expliquant sommairement la façon de procéder : genre de peinture et genre d'outils (pinceau, aérographe, ...).

Pour me changer les idées et me laver la tête de toutes les tâches techniques qui sont mon lot depuis un bon bout de temps, j'ai repris mes pinceaux et remis en service ma cabine de peinture. Outre du matériel jamais patiné (j'en ai des paquets), je reprends systématiquement mes anciennes réalisations et leur redonne un petit coup de patine si besoin est.


Une diesel 5905 bien belge vierge de toute patine. La toiture est bien trop clinquante.
Le moins qu'on puisse faire, c'est de ternir la toiture et de patiner les bogies qui ne sont jamais lavés.



Une autre 59 patinée il y a quelques années. Je n'ai pas modifié cette patine qui n'est pas trop forte. Si mes souvenirs sont bons, j'ai passé une lavasse de "jus" composé de noir mat et d'un peu de brun mat (de la peinture glycérophtalique Humbrol ou Revell dilué au thinner Humbrol). Puis passage d'un chiffon doux pour essuyer la carrosserie. Le solde de "crasse" est resté fixé autour des petits reliefs les mettant ainsi en évidence.
Sur la toiture et les bogies, j'ai également passé à l'aérographe un voile avec du "Dust" de chez Floquil (peinture diluée genre terre d'ombre) et aussi du "Wheatering Black" de chez Floquil aussi. Toutes deux sont des peintures acryliques. J'ai accentué le noir autour de l'échappement. Pour terminer, je passe un vernis mat acrylique.


Mon chemin de fer miniature représentant une région fictive frontalière belgo-allemande à l'époque III (et un peu de IV), je possède une belle kyrielle de matos germanique. J'ai choisi pour mon deuxième exemple une loco Roco série 290 de la DB toute neuve.


Voilà un 290 toute pimpante qui va servir à comparer.



Une autre 290 à laquelle j'ai donné une patine assez prononcée pour illustrer une loco ayant déjà un solide état de service. Il en faut aussi, n'est-ce-pas ? Mais il y aura aussi des "propres" bien entendu !
Première opération : toujours avec de la peinture glycérophtalique Humbrol (ou Revell), j'ai généreusement passé sur la totalité de la caisse un lavis de noir additionné de rouge-brun. Utiliser du noir à 100 % n'est pas souhaitable et il vaut mieux ajouter un peu de la peinture du modèle, ici du brun-rouge.
Une fois la peinture séchée, je trempe mon pinceau dans de l'essence de nettoyage et brosse la caisse comme pour nettoyer. Il ne faut pas tout enlever mais en laisser par-ci, par-là. Brosser de haut en bas permet de simuler des coulures. On peut utiliser un coton-tige ou même un bout de chiffon doux propre. L'essence à la propriété de diluer la dernière couche de peinture fraîche mais pas la peinture d'origine du modèle. Avec ça, comme d'habitude, les petits reliefs sont mis en évidence.
Les bogies ont été copieusement patinés avec du noir et du brun.
Une des opérations suivantes est un "dry-brushing" autrement dit un brossage à sec au moyen d'un pinceau à poil plutôt durs avec de la peinture blanc cassé afin de mettre en évidence les aspérités. Tout le monde sait ce qu'est un brossage à sec, je suppose. Au cas où un néophyte ne connaîtrait pas, je donnerai une explication.
Voyez la différence entre les deux modèles.
J'ai aussi utilisé un peu de terre à décor "Terre de Cassel" et "Terre de Sienne".
J'ai terminé par un voile de vernis mat Humbrol. Un vernis acrylique convient aussi bien sûr.
N. B. : Il manque encore les mains montoires et la cheminée pour peaufiner la loco.


Je vous conseille de relire l'excellent article "Le vieillissement du matériel roulant pas à pas" de Bert Kelder parues dans 3 numéros de TMM. Il y donne toutes les explications souhaitables.

La prochaine fois, je choisirai probablement une ou deux locos à vapeur et quelques wagons.

Qui va participer ? N'oubliez pas les deux conditions.

Laufbe:
Je n'ai pas de travaux de patin récents mais au début de ce forum j'avais alimenté le fil patine







Je vais refaire des photos

arnaud v:
Chouette thème: j'aime bien ;)

Laufbe:
Une autre photo retrouvée
Ma seule patine d'une  vapeur


Val:
Tres bonne idée André

Quelques photos ce week-end  ;D

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique